Sympathique ou parasympathique ? L'intérêt d'équilibrer son système nerveux
Partager l'article
Partage Facebook

Sympathique ou parasympathique ? L'intérêt d'équilibrer son système nerveux

Publié le 15/10/2020 à 11:11. Dernière modification le 15/10/2020 11:11

Auteur : Ingrid Baisse

Article partenaire

Ingrid Baisse, sophrologue certifiée, professeure de yoga et formatrice, intervient auprès des particuliers et des entreprises en proposant des séances bien-être de grande qualité. Reconnue pour son professionnalisme et sa pédagogie, ses élèves et nos clients l'adorent. Pour suivre Ingrid, son actualité, ses conseils et ses articles (présents et futurs) rendez-vous sur sa page Facebook et sa page LinkedIn

 

Le système nerveux autonome, l’une des 3 « branches » du système nerveux, porte ce qualificatif car c’est lui qui a la charge de réguler les fonctions automatiques de notre organisme. 
Grâce à lui, sans en avoir véritablement conscience et sans avoir besoin de faire un effort physique ou intellectuel, nous respirons, nous digérons, notre cœur bat, notre sang circule…

Le système nerveux autonome a deux facettes, fonctionnant de manière antagoniste :

  • Le système nerveux Sympathique : Qui a la charge de mobiliser l’énergie du corps dans des contextes où nous devons agir ou réagir.
  • Le système nerveux Parasympathique : Qui lui a pour mission d’économiser l’énergie de notre métabolisme et favorise la récupération.

 

Pour faire une métaphore plus terre à terre, le Sympathique est la pédale d’accélérateur et le Parasympathique, la pédale de frein.

Ainsi, un fonctionnement optimal du système nerveux autonome participe au maintien d’un bon équilibre interne de notre organisme (l’homéostasie dans le jargon médical).

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, le stress moderne engendre des réactions physiologiques telles que l’accélération du rythme cardiaque et l’irrigation accrue des muscles. Dans ce cas, c’est le système nerveux Sympathique qui est actif et de trop fortes et régulières expositions au stress résulte un déséquilibre entre le Sympathique et le Parasympathique.

 

Le yoga, une excellente discipline de rééquilibrage

 

Les guerriers, les postures arrière, les enchaînements type salutation au soleil favorisent plutôt l’activation du Sympathique (l’accélérateur).
Les postures avant, les inversées et la relaxation activent davantage le Parasympathique (le frein).
Une pratique régulière de séances complètes vous permettra donc de rééquilibrer le fonctionnement de votre système nerveux autonome.

Si, à la lecture de cet article, vous prenez conscience que vous êtes davantage sur « la pédale d’accélération », je vous propose une adaptation de posture inversée, très simple à réaliser, à la maison ou au bureau, à n’importe quel moment de la journée. 

 

Mise en pratique

 

Placez-vous en position assise sur une chaise, genoux écartés et pieds posés à l’extérieur des pieds avant de la chaise. Inspirez par le nez, puis en expirant longuement, basculez tout le haut du corps vers le sol. Saisissez les pieds de la chaise dans vos mains et restez dans cette position durant quelques respirations, la tête complètement relâchée en direction du sol.


Redressez-vous très doucement et restez quelques instants les yeux fermés, le dos appuyé sur le dossier pour apprécier les bienfaits de l’exercice.

A répéter sans modération bien sur wink