Les Softs Skills du bien-être : 2 bonnes nouvelles !
Partager l'article
Partage Facebook

Les Softs Skills du bien-être : 2 bonnes nouvelles !

Publié le 08/09/2020 à 09:23. Dernière modification le 29/09/2020 09:53

Auteur : Cécile Banon

Article partenaire

Cécile Banon, coach et professionnelle réputée et reconnue de l'Ikigaî, intervient auprès de personnes en recherche de reconversion professionnelle. Elle propose également à sa très large communauté d'abonnés Linkedin, ses articles inspirants. Nous ne pouvons que vous recommander de la suivre et de consulter son blog, vous y trouverez des conseils précieux wink !

 

L'on a bien compris que les soft-skills sont l'avenir de l'homme … du moins sur le plan professionnel, pour trouver un job ! 
Mais, il est des « savoir-être » ou encore des « compétences comportementales », le soft-skills donc, qui nous font du bien à nous, dans la sphère intime, de soi avec soi, de soi avec son corps.

 

Quésaco ?


Il s’agit en particulier des aptitudes relationnelles : empathie, coopération, communication, écoute. Plus globalement, il s’agit de la capacité à générer de l’harmonie autour de soi, à rechercher des terrains d’entente. Les personnes qui ont cette aptitude considèrent que les conflits et désaccords ne mènent à rien et cherchent des zones d’accord. Les frictions et disputes sont, de leur point de vue, une perte de temps et elles optent pour le consensus plutôt que de chercher à imposer leurs opinions. 
Sachez que ces aptitudes concourent à la qualité de notre vie sociale qui a elle-même pour effet de nous apporter du bien-être. Ici considéré dans sa dimension satisfaction, joie, épanouissement, contentement, harmonie. 


Pourquoi ?


Eh bien parce que tout simplement l’harmonie est un besoin humain ! Et les aptitudes relationnelles ressortent comme des facteurs de sociabilité pour vivre ensemble de façon apaisée. 
De surcroît, on le sait depuis quelques années déjà, la qualité des relations sociales œuvre au bon fonctionnement de nos gènes, et donc de notre santé. On le sait grâce à l’épigénétique. C’est-à-dire la discipline de la biologie qui s’intéresse à la régulation des gènes. Dit autrement, c’est l’étude de comment nos cellules utilisent ou non nos gènes, dans notre quotidien, et ….. notre vieillissement. Et justement, l’on a découvert que nos comportements (alimentation, tabagisme, stress…), mais aussi le plaisir et les relations sociales, peuvent conduire à des modifications dans l’expression de ceux-ci et il ne tient qu’à nous de modifier nos comportements : par exemple de veiller à ce que nous mangeons, à faire de l’exercice, à mieux gérer notre stress.

(Pour en savoir davantage, voici une vidéo éclairante de Joël de Rosnay)

 

En résumé


Nous avons le pouvoir d’agir sur notre bien-être physique en exerçant et développant nos compétences relationnelles et en mettant en place une vraie hygiène de vie. 
N’est-ce pas une formidable opportunité qui nous est offerte ? 


La question se pose ensuite de comment développer davantage ces aptitudes que l’on détient ? 
Et là, seconde bonne nouvelle, grâce à la plasticité de notre cerveau nous pouvons développer notre bien-être en pratiquant de petits exercices très simples :
👉 Développer un esprit positif : pratiquer des exercices de bienveillance et de compassion, tels que formuler des vœux pour que les difficultés de nos proches se résolvent rapidement,
👉 Augmenter l'empathie, nourrir le sentiment de lien social : marcher 12 minutes et souhaiter (dans sa tête, mais sincèrement) que toutes les personnes croisées aillent bien (de plus, cette pratique a pour effet de diminuer l'anxiété),
👉 Développer la résilience : penser différemment aux causes des événements négatifs qui arrivent. Si vous êtes du genre à vous accuser vous-même, l’idée est d’identifier les éléments extérieurs qui ont joué un rôle.


Cela vous dit d’essayer ?