Confinement et télétravail, interview de la sophrologue et yoga thérapeute Ingrid Baisse
Partager l'article
Partage Facebook

Confinement et télétravail, interview de la sophrologue et yoga thérapeute Ingrid Baisse

Publié le 10/11/2020 à 09:53. Dernière modification le 10/11/2020 09:53

Auteur : Jaymz

 

  

Interview de Ingrid Baisse sophrologue et yoga thérapeute formée à l'Institut de Formation à la Sophrologie de Paris.

 

 

Bonjour Ingrid. La crise sanitaire a pour le moins complètement chamboulé le secteur du bien-être et de la remise en forme. En tant que sophrologue et yoga-thérapeute, comment a évolué ton activité ?

Comme la plupart de mes séances collectives se déroulaient en entreprises, dès le début du 1er confinement, mon activité s’est arrêtée du jour au lendemain. Depuis, les salles de sport et de réunion en entreprises restent inaccessibles, j’ai donc proposé des séances en plein air quand la météo le permettait et depuis début septembre, toutes mes séances se déroulent en visio.

 

"Permettre aux personnes qui n’ont pas la place et le matériel adéquat de pratiquer chez eux."

 

Depuis le début de la crise sanitaire as-tu remarqué une évolution de la demande de tes clients pour de nouvelles thématiques/pratiques bien-être? Si oui comment as-tu fait évoluer le contenu tes cours ?

Oui, mes élèves sont beaucoup plus en quête de détente que de renforcement musculaire. J’oriente donc davantage mes séances vers des postures de yoga dîtes « restoratives » et rééquilibrantes et j’y inclus beaucoup de techniques respiratoires et sophrologiques. Je propose d’ailleurs une formule « yoga spécial télétravail » qui allie yoga sur chaise et sophrologie, ce qui permet aux personnes qui n’ont pas la place et le matériel adéquat de pratiquer chez eux. 

 

 

Le télétravail est devenu pour beaucoup la nouvelle "norme". Avec ses bons et ses mauvais côtés. Quels sont selon toi les principaux risques psychosociaux d'une généralisation du télétravail sur le long terme?

Pour moi, le premier risque du confinement en général et de la désocialisation est de développer une phobie de l’autre et de l’extérieur. Avec ce virus, le monde extérieur est devenu « dangereux » et il est possible que la conscience collective en soit fortement marquée. A long terme, l’anxiété risque de s’inscrire profondément chez beaucoup de personnes.

Le travail à la maison engendre les mêmes conséquences liées à la désocialisation mais aussi des problèmes d’ordre organisationnel. Je connais un peu le problème car mon « bureau » est à mon domicile et j’ai beaucoup de mal à rester concentrée sur une tâche professionnelle quand je suis coupée par une lessive, les courses, le ménage…

Mais en bonne Sophrologue, je terminerai par un point positif du confinement et de la pratique du Yoga chez soi: au moment de la relaxation, mes élèves apprécient beaucoup d’avoir à portée de mains tout le matériel propice à leur confort (plaid, coussins…) et de pouvoir facilement rester dans leur bulle à la fin de la séance (pas de métro, pas de retour dans l’open space…).

 

"Essayer d’être au maximum dans le moment présent, ne pas faire de pronostics négatifs sur la suite car personne ne sait comment les choses vont évoluer."

 

Pourrais-tu nous conseiller quelques bonnes habitudes à prendre pour rester en forme physiquement et mentalement quand on travaille tout les jours depuis chez soi ?

Tout d’abord, s’efforcer de garder un rythme similaire à celui du bureau: se lever à la même heure, se doucher, s’habiller, prendre ses pauses habituelles, ses week-ends et terminer sa journée de travail à une heure raisonnable

Ensuite, ne pas se laisser aller à l’inactivité: prendre l’air au moins une fois par jour, continuer la pratique d’activités sportives et/ou culturelles comme avant en utilisant les moyens mis à notre disposition comme la visio, les vidéos sur Youtube.

Essayer d’être au maximum dans le moment présent, ne pas faire de pronostics négatifs sur la suite car personne ne sait comment les choses vont évoluer. Il est déjà difficile de gérer ce qui existe, il faut donc éviter de se créer des contrariétés sur des suppositions

Enfin et surtout, pour votre moral: limiter un maximum les médias et tous les autres fils d'actualités officiels ou non. Pour ma part, je me limite uniquement aux communiqués officiels pour savoir ce que je peux faire ou ne pas faire, pour le reste, je me réfère à mon bon sens et à mon esprit d’analyse !

 

Si vous souhaitez participer aux séances de "yoga spécial télétravail" animées chaque semaine par Ingrid en visio-live c'est par ici !